lac et gorges du Verdon

Les gorges du Verdon et le parc naturel régional

Les gorges du Verdon et le parc naturel régional

Les gorges du Verdon : en quelques mots

Quelle est sa source ? Le Verdon prend sa source à 2819 mètres d’altitude, près du col d’Allos, au massif des Trois Evêchés

Où se jette-il ? Son cours s’interrompt lorsqu’il se jette dans la Durance, sur la commune de Vinon sur Verdon.

C’est long le Verdon ? Il parcourt environ 175 kilomètres. Le Verdon sert de frontière entre les départements des Alpes-de-Haute-Provence et du Var.

Pourquoi il est vert le Verdon ? La couleur verte du Verdon est due au fluor et aux micro-algues qu’il contient : elle est probablement à l’origine de son nom, formé à partir du latin viridum, « lieu verdoyant ».

Il y a combien de Barrages tout au long du Verdon ? Cinq barrages. Le premier des barrages construit a été celui de Castillon, en 1948, suivi par celui de Chaudanne en 1952. En 1967 celui de Gréoux puis celui de Quinson, au cours de l’année 1972.

Enfin, le plus grand de tous, avec la création du lac de Sainte Croix en 1974.

Ils servent à quoi ces barrages ? Ils régulent le cours du Verdon pour constituer les réserves d’eau de la Provence, mais aussi pour assurer une production électrique, en majeure partie avec le barrage de Sainte Croix.

Elles sont où les Gorges du Verdon ? Les gorges du Verdon se composent de deux parties : les Hautes Gorges du Verdon ou grand canyon du Verdon, allant de Castellane jusqu’au lac de Saint Croix sur plus de 36 km. Et les Basses Gorges du Verdon qui débutent au lac de Saint Croix, en passant par Baudinard et Quinson et finissant par s’ouvrir sur le lac d’Esparron.

Quelles sont les activités aquatiques sur le Verdon ? Du pédalo au rafting, de la planche à voile au canyoning, canoë, kayak, …

Quelles sont les activités culturelles dans le Verdon ?

Musées, maisons de pays, centre de gastronomie et même un cinéma avec écran géant permettent de découvrir tous les aspects du territoire.

 

Histoire et préhistoire des gorges du Verdon

Grace au musée de Préhistoire des gorges du Verdon Situé à Quinson, vous pourrez découvrir les diverses populations qui ont peuplé ces rives depuis des millénaires.

Les premières populations s’installent sur le territoire à partir de 400 000 ans (tu es certaine que ce n’est pas 40 000 ?) avant Jésus-Christ. Les nombreuses grottes qui jalonnent les gorges du moyen et du bas Verdon font de ce territoire un des hauts lieux de la préhistoire.

Pendant l’Antiquité, les Romains occupent la région du Verdon, nous pouvons admirer certains prestiges, notamment à Riez la Romaine.

Pendant le Haut Moyen Âge, la région est rattachée au royaume des Francs et recouvre son indépendance en 879. Puis en 880 les Sarrasins occupent le massif des Maures jusqu’en 976 lorsque Guillaume le Libérateur les repousse.

La période Médiévale est marquée par une recomposition des fiefs et le renouveau monastique. Les villes se développent et les échanges marquent une période prospère pour la région.

Au XVe siècle une période sombre le pays dans des crises économiques et épidémies de peste noire. Le territoire est réinvesti fin XVe mais le XVIe siècle est durement frappé par le conflit contre Charles Quint, les guerres de religion et les troubles de la Ligue. Le catholique Jean de Pontevès, grand sénéchal, seigneur de Carcès et de Blieux, devient comte de Provence en 1571 après sa victoire sur Charles Quint.

Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, la région connaît un essor de l’industrie locale avec une croissance de la population et un fort développement des villages. Ce sont les premiers pas de l’industrie locale : verrerie, poterie, aménagements hydrauliques… Sous le règne de Louis XIV, Moustiers-Sainte-Marie devient un des plus grands centres faïenciers de France. Ne manquer pas la visite un atelier de production de faïence lors de votre séjour à Moustiers.

Pendant le siècle des Lumières, plusieurs personnalités sillonnent la région le père Marc, de Bauduen, orateur capucin du XVIIe, l’abbé Bausset, natif du même lieu, philosophe célèbre du XVIIIe, le père Pellas de Comps, auteur en 1723 du premier dictionnaire de langue provençale et l’abbé Jean, d’Aups.

Mais c’est aussi une période noire dans l’histoire de la Provence. En 1720, la grande peste s’abat sur le territoire et le vide de ses habitants.

Le début du XXe siècle est marqué par la « découverte » des gorges du Verdon. Le géologue Edouard-Alfred Martel mène l’exploration, en 1905. Il est accompagné d’un groupe de locaux, avec à leur tête Isidore Blanc, instituteur à Rougon. C’est en son honneur que le sentier emblématique a été rebaptisé sentier Blanc-Martel. Le film Verdon Secret en 3D, introduit cette histoire merveilleuse entre gouffres et rapides.

Cependant, cette découverte ne signifie pas que le territoire était un espace inhabité. En effet, les gorges ont, de tous temps, été parcourues par les hommes et en gardent aujourd’hui l’empreinte : chasseurs, cueilleurs de buis, apiculteurs, bergers, forestiers…

Au milieu du XXe siècle, le programme d’aménagement de l’E.D.F. (Electricité De France) permet l’édification de cinq barrages.

Quelques communes voient alors leur terroir noyé (Aiguines, Bauduen, Sainte-Croix, Saint-Julien-de-Verdon) et parfois même leur village (Les Salles-sur-Verdon). Cette transformation du paysage, lieu de vie des habitants, marque les mémoires, les pratiques et les cœurs.

À la fin de l’année 1970, l’inauguration du camp militaire de Canjuers (d’une surface de 35 000 hectares) est un nouveau symbole de l’expropriation du territoire subie par les habitants.

Vient également l’ère du nucléaire dans le Verdon avec l’inauguration du centre d’études nucléaires de Cadarache, en 1963, suivi dans les années 2000, de la construction d’un prototype de réacteur nucléaire à fusion (ITER).

le parc naturel régional du Verdon

Pour ne pas subir les transformations et mutations du territoire imposées de l’extérieur, les habitants du Verdon ont choisi de s’adapter en développant de nouvelles activités respectueuses de leur Verdon.  C’est ainsi que le parc naturel régional du Verdon est créé le 3 mars 1997. C’est aussi un réseau écologique européen qui impose des contraintes de protection des paysages, de la faune et de la flore.

L’enjeu est donc de trouver le meilleur équilibre entre activités économiques et préservation des divers types de patrimoines. Le Parc s’est, pour cela, fixé 4 objectifs complémentaires :

  • le développement socio-économique,
  • la protection et la valorisation des patrimoines naturels et culturels,
  • l’information et l’accueil des visiteurs,
  • un aménagement harmonieux du territoire.

Le travail constant du Parc a permis la préservation du site et sa protection pour le bonheur de tous. L’équipe du Parc travaille actuellement sur le classement du Verdon parmi les  Grand Site de France. Ce classement devrait voir le jour en 2020. Il comprend notamment l’aménagement de belvédères sur la route des crêtes et autour des gorges, une meilleure organisation des transports et la création de parkings pour faciliter la visite touristique. Il prévoit surtout l’amélioration de la signalétique qui fait parfois défaut aussi bien sur les routes que sur les sentiers.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *